Nadine Jean

Comment aider mon enfant vers sa grande entrée à l’école ?



Volet habiletés sociales

La fameuse entrée scolaire, oui je dis entrée car en maternelle c’est la première fois qu’on entre, (toutes les autres fois ce sera la rentrée) est un moment vraiment spécial! Comme parent, on est inondé de théories, de trucs, de recommandations pour préparer son enfant à la maternelle. En fait, je préfère plutôt appeler cela la transition scolaire. Que votre enfant soit en service de garde éducatif en milieu familial ou en installation ou qu’il soit chez vous, il vivra une transition scolaire.

Pour vous rassurer, je commence par vous dire que la maternelle ce n’est pas une année scolaire, eh non! Comme son nom l’indique, c’est une année préscolaire qui sert à découvrir l’école et son code de vie, les routines scolaires, certains fondements d’apprentissages à installer et débuter à évoluer dans ce grand monde qu'est l'école. C’est pourquoi, dans les classes de maternelle, il n’y a pas de pupitres individuels mais bien des tables, qu’il y a des coins de jeux, des ateliers et des moments de jeux libres. Pour l’enfant de 5 ans, jouer pour apprendre est un besoin encore très présent.

Alors comment, comme parent, peut-on favoriser cela ? Première chose: n’en parlez pas trop! Rien n'est pire que l’entourage qui dit lorsque l’enfant a des difficultés qu'il « va falloir t’habituer là tu t’en vas à l’école » ou « à l’école tu ne pourras plus faire cela ». Recette parfaite pour stresser l’enfant et donner l’image que l’école c’est plate et restrictif. Je conseille plutôt d’aller marcher autour de la future école de votre enfant le week-end par exemple pour qu’il puisse découvrir la cour, la bâtisse, regarder par la fenêtre etc. Surtout, ne commencez pas à parler de l’école des mois d’avance! En parler de temps en temps de façon positive après son inscription est bien suffisant!

L’alphabet, les chiffres, ne stressez pas avec cela. Laissez les enseignants formés en littératie s’en charger! Comme parent, en équipe avec l’éducatrice de votre enfant s’il y a lieu, il y a d’autres choses beaucoup plus importantes à développer avant l’école! Comme quoi? Voici quelques idées et stratégies pour commencer.

Le développement des habiletés sociales est primordial!

Apprendre et développer chez votre enfant ces capacités :

- Apprendre à tolérer une frustration
- Apprendre à attendre son tour et ne pas être le premier
- Apprendre à décoder ses émotions et celles des autres
- Apprendre à nommer ses besoins

Ces quatre éléments sont beaucoup plus importants avant l’entrée scolaire que savoir découper sur une ligne ou écrire son nom. Pourquoi ? Parce que c’est du savoir-faire et les enseignants, si votre enfant a un bon savoir-être, seront bien plus en mesure d’enseigner des choses à votre enfant car il sera disponible aux apprentissages.

Comment on fait cela ? Voici quelques stratégies :

Pour apprendre à tolérer une frustration, on doit être disponible comme parent. Si votre enfant se désorganise ou fait des crises après avoir passé l'âge de 4 ans lorsqu'il n’obtient pas ce qu’il veut, c’est probablement qu’il a une faible tolérance à vivre une frustration. Comme pour marcher ou aller à vélo, il faut tout simplement se pratiquer!

Si votre enfant a des besoins particuliers, une aide spécialisée pourrait s’avérer utile car parfois c’est relié à autre choses aussi. Si vous allez à la crémerie et que vous avez décidé d’acheter un petit cornet ou une petite slush et que vous l’avez annoncé, ne changez pas d’idée, gardez le cap. Si votre enfant se désorganise car il voulait la banane à split au brownies à 22$, sortez de la crémerie et dites à votre enfant que vous comprenez qu’il soit déçu et que s’il veut retourner à la maison c’est possible. Par contre, s’il se calme après un câlin, ou après avoir nommé pourquoi cela le fâche, l’offre du petit cornet tient toujours. Il apprendra que malgré une frustration, il peut survivre et redevenir heureux. Lorsque vous pratiquez cela avec votre enfant, soyez assuré de ne pas être pressé dans le temps et d’avoir vous-même un calme olympique cette journée-là.

Un enfant qui, en grandissant, se désorganise pour un oui ou un non aura de la difficulté à être disponible à apprendre à l’école et peut même être à risque d’avoir des difficultés à se faire des amis. Son estime pourrait aussi être touché, car vivre ce genre de situation devant tout un groupe n’est pas évident. En temps normal, pendant une crise, on devrait mettre l’enfant un peu à l’écart des regards justement pour préserver son estime et éviter qu’il soit étiqueté ou dévisagé. 

Même stratégie pour les enfants qui veulent toujours être premiers, il faut s’exercer aussi à être deuxième ou même dernier. Pour les émotions, il faut être un modèle, plusieurs livres sont disponibles sur le sujet mais nommez vous-même vos émotions. « Je suis déçue qu’il n’y ait plus notre sorte de crème glacée favorite, j’aurais aimé en manger mais ce n’est pas grave on va en essayer une autre ». Verbalisez aussi pour votre enfant lorsqu’il est incapable : « je vois que tu as de la peine car tu voulais jouer avec ton amie mais elle n’est pas là. Je te comprends, on va essayer de trouver une autre idée ». Il en va de même pour apprendre à nommer ses besoins.

 Ces habiletés bien simples sont souvent oubliées car on veut que l’enfant connaisse ses lettres ou ses chiffres avant l’école. Oubliez cela, montrez-lui à se connaître. Avec l’entrée scolaire, ce sera le plus beau cadeau que vous pourrez lui faire. Dans un prochain article, je vous proposerai comment stimuler l’autonomie avant la maternelle avec des petits trucs simples.

Pour plus de trucs vous pouvez revoir le live qui eu lieu sur notre page Facebook qui traite de ce sujet en cliquant juste ici. Nous avons eu quelques problèmes de réseau, mais le contenu est tout de même extrêmment pertinent et et intéressant. 

 Si malgré tous vos efforts pour bien préparer votre enfant, il se sent toujours nerveux, a du mal à dormir, ou se sent tout simplement toujours stressé par la rentrée, sachez que le bâton apaisant a justement été créé pour aider à gérer les émotions stressantes au moment du coucher. Il pout tout aussi bien s'utiliser le matin avant de quitter pour l'école.

Nadine Jean femme aux multiples talents. Elle est éducatrice spécialisée, éducatrice à l'enfance, conseillère pédagogique, formatrice, et autrice. Fière défenderesse d'une image corporelle positive pour tous, passionnée de pédagogie, d'artisanat, et de produits naturels.

Articles précédents

Mon sac à rêve

Aug 04, 2021 Collaboratrice PÜRA biocosmétique

Comment aider mon enfant vers sa grande entrée à l’école ?

Jun 30, 2021 Collaboratrice PÜRA biocosmétique

Pour notre corps aussi, c'est l'été!

Jun 19, 2021 Alexandra Cantin